Last FM, social music revolution !

Publié le jour de la fête de la Musique, cet article fut également le premier de la catégorie Musique de mon blog. Ce n’était pas vraiment voulu, mais plutôt dû au hasard.

Comme beaucoup de gens, vous avez constaté qu’à l’exception de quelques radios locales et quelques crénaux horaires, la playlist des radios FM était à peu près aussi excitante qu’un discours de Giscard d’Estaing.

D’un autre côté, vous n’avez pas envie d’acheter des disques car vous n’avez pas assez d’argent ni de connaissances musicales pour passer des heures dans les magasins spécialisés.

Vous avez commencé à télécharger des MP3 en pagaille, mais vous savez que c’est très mal, et vous en avez marre de faire vos playlists à la main dans votre lecteur préféré.

Vous avez essayé les webradios, c’est ce qui vous correspond le mieux car vous pouvez sélectionner des radios qui ne passent que des choses que vous aimez. Mais par contre vous n’êtes pas sûr d’entendre vos morceaux préférés aussi souvent que vous le souhaitez.

Vous pensez que l’ultime moyen d’écouter la musique n’existe pas, vous êtes au bord du désespoir et vous vous enviez ceux qui ont le mauvais goût d’adorer la playlist d’NRJ car eux au moins ils n’ont qu’à tourner un bouton pour avoir leur musique préférée en permanence…

Rassurez-vous. Last FM a inventé la radio dont vous êtes le héros.

Last FM

Tout d’abord vous créez un compte sur le site. Aucune donnée personnelle n’est nécessaire. Même l’adresse e-mail est optionnelle.

Ensuite vous téléchargez un petit logiciel. Et là vous allez comprendre tout de suite pourquoi Last FM a toute ma sympathie : alors que bon nombre de sites mettent des DRM, du Flash, des formats propriétaires, des logiciels Windows only, etc., Last FM nous propose un logiciel libre (GPL) avec des versions précompilées pour FreeBSD, Linux, MacOSX et MS Windows. Et pour ceux qui utilisent une plate-forme exotique, ils vous encouragent à télécharger les sources et à tenter de compiler vous-même.

Il existe en plus des plugins pour bon nombre de lecteurs : d’Amarok à iTunes en passant par Winamp, XMMS, etc. Bref. Tout le monde peut utiliser Last FM !

Ensuite, vous tapez le nom de vos artistes préférés, et Last FM vous trouve le nom d’artiste approchants et ses choix sont tout à fait pertinents puisqu’en tapant Vitalic, il me répond « Vitalic, LCD Soundsystem, Fisherspooner, Felix Da Housecat, Tiga, Alter Ego, Soulwax, The Juan McLean, M.I.A., Daft Punk, Annie ».

Ensuite, vous écoutez. Pour chaque track, il vous donne le nom de l’artiste, du morceau et du disque dont il extrait. Vous pouvez cliquer sur un bouton pour lui signaler que vous adorez ce morceau, ou passer le morceau si vous ne l’aimez pas, et même le bannir à tout jamais si vous le détestez.

Détail amusant : il ne connaît ni Garou ni Patrick Bruel, par contre dès qu’on lui demande de la bonne musique, il trouve des tas de choses et dans tous les styles possibles (j’ai testé des groupes de Metal, Reggae, Electro, Drum & Bass, Dub, Rap, Pop, Rock et de la musique classique et à chaque fois les choix sont pertinents).

En plus de cela, Last FM se souvient de vos choix et vous fera découvrir au fil du temps des choses qui ne manqueront pas de vous intéresser.

Bref, vous l’aurez compris, Last FM c’est ultime et universel. Enjoy !

www.last.fm

Mise à jour de septembre 2013 :

Sept années plus tard, Last FM a beaucoup changé. Ce petit projet innovant basé sur des logiciels libres a été racheté et s’est mué en une grosse machine commerciale qui a perdu tout l’intérêt de ses débuts (mais a sans doute conquis un autre public). Mais d’autres solutions existent pour écouter de la musique en ligne.

Ce contenu a été publié dans Internet. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>