Étape 1 : Besançon – Clerval

1er août 2010. Nous sommes en vacances depuis un petit moment. Après une période de repos, et pour ma part, de bricolage de vélos, nous sommes prêts à partir.

Nous démarrons peu après 13 heures pour une première étape qui s’annonce, mise à part l’heure de départ un peu plus tardive, identique à celle de l’année dernière. L’arrivée est donc prévue à l’Isle-sur-le-Doubs.

Cette année, Ai roulera sur un vélo Motobécane. En effet, le vélo qu’elle utilisait l’année dernière nous a été volé en février dernier alors que nous l’avions emmené à Paris pour un week-end. C’est donc ce Motobécane de randonnée, pour femme, qui le remplacera.

Détail amusant : nous avons acheté ce vélo le week-end dernier, à la brocante de Rougemont, avec un autre vélo Motobécane de course, pour dix euros les deux. À la base je ne pensais garder que le course (mieux que mon ancien), et je n’avais pas du tout pensé qu’on garderait celui-ci et encore moins qu’on l’utiliserait pour les vacances !

Pour ma part, je repars avec le même vélo Peugeot que l’année dernière. Je l’ai remis en état il y a quelques jours, car depuis l’Herbe en Zik il traînait dans ma cave, sale et avec le dérailleur éclaté. Après cette période de convalescence, le voici prêt à repartir.

Nouveauté de cette année : il tractera une remorque, acquise en décembre avec mon trike, et que j’utilise déjà fréquemment en ville. Par conséquent, nous pouvons emmener plus de matériel (notamment pour la cuisine) tout en chargeant moins les vélos.

Nous partons en direction de la véloroute.

De Rivotte à la Malate, la véloroute bénéficie d’un enrobé tout neuf et la végétation commence à repousser, après divers travaux et plusieurs coupures (incendie d’une maison, travaux d’assainissement, construction de la passerelle de la Malate…).

Une passerelle qui semble d’ailleurs ouverte. Elle ne l’était pas encore lors de mon dernier passage il y a deux semaines. J’apprendrai au retour des vacances qu’elle a été mise en service officiellement le 9 août, sans cérémonie d’inauguration.

La suite de l’étape est assez semblable à celle de l’année dernière. Seule différence notable : un enrobé tout neuf remplace, entre Chalèze et Vaire-le-Petit, le revêtement provisoire réalisé lors de l’ouverture de la véloroute. En effet, ce revêtement provisoire avait été réalisé dans l’attente des travaux d’assainissement, qui sont aujourd’hui terminés.

À hauteur de Roche-lèz-Beaupré, une grosse frayeur attend Ai puisqu’un serpent traverse la véloroute devant nous ! Après une pause pour se remettre de ces émotions, nous repartons.

Nous mangeons à Deluz, comme l’année dernière, puis nous arrêtons à Fourbanne pour saluer Nicolas que nous n’avions pas vu depuis… notre dernier arrêt à Fourbanne, à notre retour de vacances de l’année dernière !

Lorsque nous le quittons, nous pouvons constater que dans son village on aime se prélasser dans le jardin… !

L’arrivée de la véloroute à Baume-les-Dames, que nous n’avions pas revue depuis notre retour de vacances l’année dernière, n’a plus rien à voir avec ce que nous connaissions ! La passerelle, dont les travaux débutaient timidement l’année dernière, est aujourd’hui terminée. De plus, toute la zone aux alentours a été réaménagée ! Accès en site propre au centre-ville depuis la véloroute, aires de détente, port fluvial, camping, zone 30… l’endroit est transfiguré. C’est magnifique ! On se demanderait presque si on est en France ou déjà en Allemagne !

On se demande juste pour quelle raison les aménageurs se sont crus obligés de créer à l’entrée de la passerelle, une sorte de plateau avec des ralentisseurs, technique routière et plutôt gênante, voire dangereuse, pour les usagers d’une voie verte (rollers, personnes à mobilité réduite, cyclistes avec chargement important comme nous…). Quelque part, ça nous rassure : on est bel et bien en France.

Nous continuons notre chemin jusqu’à la montée de Roche-les-Clerval, plutôt difficile avec la remorque. Nous voici en haut. Le plus dur est fait.

Nous avons roulé jusqu’ici, malgré la présence de la remorque qui est un peu lourde à tracter, à une allure plutôt soutenue par rapport à celle de l’année dernière. Nous serons donc à l’Isle-sur-le-Doubs ce soir… sauf imprévu de dernière minute.

Malheureusement, l’imprévu arrive, sous forme liquide et tombant du ciel en grande quantité ! La pluie commence en effet alors que nous entrons dans Clerval. Nous avons juste le temps de nous réfugier sous l’abri de la station service la plus proche.

Alors qu’elle semble se calmer, nous décidons de monter la tente au camping situé juste à côté et d’y passer la nuit. Malheureusement elle reprend et le montage de la tente ne sera pas des plus agréables. Merci à notre voisin hollandais pour son aide précieuse et son marteau (indispensable étant donné la piètre qualité du sol).

En plus, notre tente, qui se fait vieille, se déchire en deux endroits lors de son montage.

Pour boucher les déchirures, et pour créer un abri devant la tente pour nos affaires, j’utilise tout ce que j’ai sous la main : vélos, remorque, ponchos, sacs poubelles, tendeurs, corde, pinces à linges, et ces fameux colliers de serrage en plastique dont l’utilisation est devenue un réflexe pour moi à force d’en utiliser en permanence durant l’Herbe en Zik.

Ça ne ressemble à rien mais c’est efficace : toutes nos affaires sont à l’abri devant la tente.

À côté de nous se trouvent deux cyclotouristes français venus de Metz à Montbéliard en train, et décidés à suivre la véloroute jusqu’à l’Atlantique.

Nous mangeons avant de goûter à un repos bien mérité.

Bilan :

Une étape très facile, tranquille et agréable sous le beau temps, mais avec une fin plutôt désagréable ! Nous espérons que cela ne se reproduise pas trop !

Nous avons parcouru 56 km, ce qui est moins que prévu. L’année dernière, nous avions parcouru 75 km pour aller jusqu’à L’Isle-sur-le-Doubs (en incluant quelques kilomètres parcourus dans Baume-les-Dames pour prendre de l’argent et faire des courses).

Suite : étape 2

Itinéraire :

Voir sur Google Maps ou télécharger le kml.

Le tracé proposé ici est l’itinéraire de Besançon au camping de Clerval par la véloroute, en tenant compte des changements apportés à celle-ci depuis (exemple : nouveau bout de site propre à Laissey depuis 2012). Il peut donc différer quelque peu de l’itinéraire réellement parcouru ce jour là.

Ce contenu a été publié dans 2010 - Mulhouse, Basel, Konstanz et Zürich. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>