Peugeot « Nouveau Style »

NSpliantLe « Nouveau Style » est un modèle de vélo Peugeot des années 70. Il en existe des pliants, et des non pliants, de plusieurs couleurs et avec plusieurs finitions (avec ou sans porte-bagages avant, à une, trois ou cinq vitesses, etc.).

Ces vélos sont équipés en majorité de roues de 550, mais il en existe des plus grands avec des roues de 600, et également des plus petits (y compris en taille enfant).

Cet article présente ceux que je possède ou ai possédé. Il a été écrit initialement en 2011, et mis à jour plusieurs fois depuis.

Juillet 2007. J’habite en ville, à vingt minutes à pied du centre, depuis maintenant presque un an. Pour mes déplacements, je prends, selon la longueur et l’urgence du trajet, la voiture ou mes pieds. Pour mes déplacements professionnels, je prends le bus car des tickets me sont fournis gratuitement par mon employeur. Je ne me déplace pas par plaisir. Juste par nécessité.

Je n’ai pas de vélo, car je n’ai pas la place d’en stocker un. Nous sommes deux dans un petit appartement, sans cave ni grenier ni garage. Mais un soir du mois de juillet, un ami me propose de me donner deux vélos pliants. J’accepte, car c’est dans mes habitudes de récupérer un peu tout. Mais sans grande conviction. Il faudra même qu’il me le rappelle plusieurs fois pour que je me décide à venir les chercher… Je ne sais pas encore que cela va changer ma vie : c’est avec ce vélo que je vais commencer à me déplacer en ville sans voiture, avec la suite que l’on connaît.

Mon premier « Nouveau Style » pliant

Je ramène du garage de mon ami, véritable caverne d’Ali Baba, un Peugeot Nouveau Style pliant à cinq vitesses et un autre vélo pliant de marque Betty.

J’essaie le Peugeot et je suis immédiatement séduit. Depuis l’âge de 10 ans, mon VTT est quasiment mon seul vélo. Mais ce NS, c’est une toute autre sensation : confort, maniabilitérapidité, légèreté… Certes, ces deux dernières sont toutes relatives : il ne s’agit pas d’un vélo de course. Mais comparé à un VTT, elles sont bien réelles.

De son côté, Ai essaie le Betty, plus petit que le Peugeot. Elle l’adopte immédiatement.

Comme nous n’avons pas d’endroit pour stocker ces vélos, la voiture servira de lieu de stockage. Les vélos sont pliés et rangés dans le coffre ! Le vélo remplacera peu à peu la marche à pied pour tous nos petits trajets, puis la voiture et le bus pour tous nos trajets urbains. C’est ainsi que nous devenons cyclistes urbains, se déplaçant bien plus facilement… par nécessité mais aussi par plaisir !

Place aux photos :

Il a fallu aller jusqu’à Strasbourg en août pour que je pense à faire des photos de nos nouveaux vélos. En effet, étant allés là-bas pour des formalités administratives, nous avions emmené nos vélos, ce qui nous a permis de découvrir la ville cyclable et ses environs. Ici, nous sommes du côté Allemand, à Kehl.

Autre photo prise à Thoraise lors d’une balade à vélo organisée en septembre suivant par l’AUB (ancien nom de l’Asso Vélo Besançon) :

Photos de famille avec un vélo semblable lors du festival Musiques de Rues en octobre de la même année :

Photo insolite prise lors du même festival. Pourquoi aller avec son vélo dans les toilettes de la fac de lettres ? Simplement parce que je venais de manger une crêpe au miel qui avait un peu coulé, y compris sur le vélo.

C’est la dernière photo de cette période pour ce vélo, car malheureusement le moyeu de la roue arrière avait un souci et a rendu l’âme suite à un démontage pour réparer une crevaison survenue durant le festival.

Mais environ un mois plus tard, j’en retrouve un second.

Mon deuxième « Nouveau Style » pliant

Quand j’ai une idée derrière la tête, je ne la lâche pas ! Privé de mon NS qui m’était devenu en quelques semaines indispensable, j’en recherche un nouveau activement et j’en parle à tout le monde. Je trouve bientôt quelqu’un qui en a un à débarrasser. Devant passer deux jours à Paris avec Ai, je vais le chercher la veille pour l’utiliser là-bas. C’est le même, mais en blanc, sans porte-bagages avant, et monovitesse (dommage !).

C’est un peu risqué d’aller rouler dans Paris avec un vélo qui n’a pas roulé depuis peut-être 20 ans, mais je tente quand même, après l’avoir simplement graissé. J’ai pris l’autre dans la voiture au cas où il faudrait remplacer d’urgence une pièce qui aurait cassé.

Voici une photo prise place de la Concorde.

Nous roulons avec ce vélo et le Betty durant toute la journée. Le soir, nous nous dirigeons vers le quartier Chinois afin de manger au restaurant, et nous traversons ainsi tout Paris. Nous apprécions les pistes cyclables, et découvrons les bouchons de la capitale : à chaque fois que nous nous arrêtons pour chercher notre chemin (pas de smartphone à cette époque !), nous voyons revenir derrière nous les véhicules dépassés quelques minutes plus tôt.

Un incident technique (une hernie apparue le soir sur un pneu sec) me donnera raison d’avoir emmené l’autre NS. Après un échange standard de roue avant, je peux repartir et utiliser le vélo un jour de plus.

Revenu à Besançon, j’utiliserai énormément ce vélo, notamment pour aller au travail, faire mes courses, et commencer à m’investir dans l’AUB.

J’irai même un jour jusque chez mes parents avec, depuis Besançon. Voici une photo prise au bord de la véloroute, qui était à cette époque en cours de réalisation.

Les phares sont différents de ceux d’origine. J’ai refait l’éclairage et j’ai mis ce que j’avais, dans un stock de pièces récupérées 10 ans plus tôt chez ma grand-mère !

Autre photo à un croisement, pas loin de chez mes parents, en repartant à Besançon.

Dans la parc Micaud, avec un panier récupéré sur une épave.

Vu par hasard le même jour : un Nouveau Style plus petit (roues de 500 au lieu de 550) :

Ce vélo connaîtra ensuite, tout comme le précédent, une période sans rouler. En effet, en montant une rue un peu trop raide, j’ai forcé un peu et plié le guidon ! J’ai pu malgré tout rouler encore quelques temps avec, mais ensuite il s’est carrément fissuré. J’ai donc arrêté de rouler avec…

Mais entre temps, j’en avais acquis un troisième !

Mon troisième « Nouveau Style » pliant

Déniché chez un brocanteur par celui-là même qui m’avait donné mon premier NS, voici le troisième. Il est blanc, comme le second, mais dispose de cinq vitesses et d’un porte-bagage avant comme le premier.

Le voici en photo avec Ai lors d’une petite balade sur la véloroute, terminée et toute neuve, près de Baume-les-Dames :

Je ne lui ai pas remis le panier qui était sur l’autre, mais je lui ai trouvé deux jolies sacoches sur une brocante pour un euro !

Une dernière photo en compagnie du Betty, qui aura donc cotoyé successivement mes trois premiers NS.

Mais décidément, le sort s’acharne sur mes NS. En effet, quelques temps plus tard, l’axe de la roue arrière de celui-ci cassera.

Mais je ne suis pas pris au dépourvu, puisqu’entre temps, j’ai remis en état d’autres vélos, dont mon second NS.

Remise sur roues du second « Nouveau Style » pliant

Je l’ai réparé en retrouvant un guidon sur une épave de NS (non pliant) dénichée sur un vide-grenier.

J’ai également fabriqué une remorque avec un vieil essieu, une caisse en bois, et du métal récupéré sur des vieux PC.

Me voici à la campagne, près de chez mes parents, avec mon vélo et ma charrette.

Mon quatrième « Nouveau Style » pliant

Un beau jour, je trouve sur une vide-grenier un NS identique à mon tout premier, en mauvais état, pour la somme de 10 euros. Je l’achète afin de récupérer la roue arrière pour le premier.

Remise sur roues du premier « Nouveau Style » pliant

Muni d’une nouvelle roue arrière, je remets donc en état le premier. Je fais même l’éclairage, chose dont je n’avais jamais pris le temps de m’occuper.

C’est ce vélo que prendra Ai pour les 850 km de nos premières vacances à vélo.

Le voici prêt à partir, muni des sacoches blanches :

Sur la Coulée Verte, à la jonction entre le Doubs et le Territoire de Belfort :

Dans une chambre du Formule 1 à Bavilliers :

Aux portes de Neuf-Brisach, ville fortifiée par Vauban :

A l’endroit de la toute première photo, à Kehl, deux ans plus tard. Mais cette fois, il n’a pas fait le trajet dans une voiture !

En guise de poids pour tenir la tente, montée en vitesse dans un pré à Ehnwihr, à la nuit tombée…

A Freiburg-im-Breisgau, avec d’autres vélos :

Juste avant de passer la frontière pour revenur en France à Chalampé.

Ce vélo semblait être remis sur roues pour de bon. Mais malheureusement, je n’en sais rien car je n’ai pas la moindre idée de ce qu’il est devenu.

Le vol du premier « Nouveau Style » pliant

Peu de cyclistes urbains n’ont jamais connu le vol d’un vélo. C’était notre cas jusqu’à ce que je commette l’erreur d’en emmener deux à Paris pour un week-end : mon premier NS, et un autre Peugeot, autrement dit mes deux vélos préférés…

Dans le train :

Sur le quai de la gare de Lyon, à Paris :

C’est malheureusement la dernière photo de ce vélo que je possède. En effet, dormant chez un ami, nous avions laissé nos deux vélos dans sa cour intérieure. Mais le lendemain matin, après une nuit pourtant très courte, ils avaient disparu…

Mon cinquième « Nouveau Style » pliant

En allant un samedi dans une ressourcerie du coin pour une vente de disques, je vais, par curiosité, regarder les vélos à vendre. Ma surprise est grande en apercevant un NS dans un état correct pour seulement 8 €. Cinq minutes plus tard il est payé et chargé dans ma voiture avant même que j’aille regarder les disques. Ne perdons pas le sens des priorités.

Il s’agit d’un modèle monovitesse, de couleur marron métallisée (plus rares que les autres, je pense). Le guidon n’est pas celui d’origine mais un cintre plus classique d’une forme répandue sur les vélos de cette époque. Il est équipé d’un porte-bagages avant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Remise en état du quatrième

Suite au vol de mon premier NS, j’ai envie de réparer l’épave sur laquelle j’avais prélevée sa nouvelle roue arrière. Je me retrouve donc dans la même situation que précédemment : j’ai un NS complet sauf la roue arrière.

Un beau jour, alors que je passe à proximité de l’association l’Entrepôt, j’entre dans leur cour. Il n’y a personne et tout est fermé. Mais je vois un stock de roues comprenant, je n’ose pas y croire, une roue de 550 à cinq vitesses ! Sans aucun doute possible une roue de NS. Je ne perds donc pas de temps et reviens dès la prochaine ouverture de l’atelier. La roue est à moi pour 10 €.

Je nettoie mon épave, mets en place la roue, change le porte-bagages avant cassé (je prélève pour cela celui du cinquième), refais le câblage des freins, des vitesses et de l’éclairage…

NSpliant

Mon épave n’en est plus une !

J’ai de nouveau un NS pliant à cinq vitesses, quasiment identique au premier que je m’étais fait voler (je laisse le lecteur jouer au jeu des différences).

Remise en état du troisième

Un ami qui cherchait ce genre de vélo m’a aidé à le remettre en état suite à la casse de son axe de roue arrière. Je lui ai donc laissé à prix d’ami, compte-tenu également du travail qu’il avait lui-même effectué.

Remise en état du cinquième

Après avoir prélevé son porte-bagages avant, je l’ai remis en état. Il y avait peu de travail à faire : juste un nettoyage et une révision générale. Je l’ai ensuite revendu à un passionné de vélos anciens que je connais.

Je crois que je n’ai pas pris de photo de ce vélo après remise en état.

Sixième « Nouveau Style » pliant

Il y a quelques temps, j’ai à nouveau récupéré un NS blanc pliant, à trois vitesses cette fois. Il était dans le stock de l’association Vélocampus dont je m’occupe, mais l’association n’avait pas les pièces nécessaires à sa remise en état (pneus et chambres de 550, et pièces spécifiques des freins). J’ai décidé de le racheter pour le remettre en état avec mes pièces (ce qui n’est pas encore fait mais rien ne presse).

Septième « Nouveau Style » pliant

Cette fois, c’est un bleu que j’ai acheté l’été dernier (juillet 2016) pour 15 € sur un vide-greniers. Il est complet mais le cadre est tordu au niveau de la charnière. Je ne sais pas encore si je vais tenter de le détordre, ou le démonter intégralement et remonter toutes les pièces sur le cadre non pliant que j’ai encore et qui est le seul reste de l’épave non pliante que j’ai citée dans l’article.

Bilan :

J’ai donc eu six NS pliants, et une épave non pliante.

Le premier : rouge, 5 vitesses, qui a fini volé.

Le deuxième : blanc, monovitesse, qui est actuellement en bon état de fonctionnement.

Le troisième : blanc, cinq vitesses, que j’ai finalement laissé à un ami.

Le quatrième : rouge, 5 vitesses, qui est en bon état et que je garde.

Le cinquième : marron, monovitesse, que j’ai vendu.

Le sixième : blanc, à trois vitesses, qui est en attente de remise en route.

Et l’épave que j’avais récupérée pour son guidon, et dont il ne reste plus que le cadre car j’ai démonté tout le reste.

Si vous ne l’avez pas encore compris, le Peugeot « Nouveau Style » est mon modèle de vélo préféré.

 

Ce contenu a été publié dans Mes vélos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Peugeot « Nouveau Style »

  1. denise dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord bravo pour votre site très bien fait.
    Personnellement je suis intéressée par votre retour d’expériences de restauration de vos vélos NS.
    Je viens de faire l’acquisition d’un modèle dans l’objectif de l’utiliser pour transporter mon matériel et optimiser mes temps de balisage des chemins de randonnée.
    Seulement, voilà je souhaiterais regraisser les axes de roues et ne sait pas quel outillage utilisé. Auriez-vous des infos à me communiquer à ce sujet ?
    Bien entendu, je suis également preneuse de toute info me permettant de réaliser ma restauration comme il faut.
    Merci par avance pour votre aide et bonne continuation.
    Amicalement
    Denise

    • Adrien dit :

      Merci pour ce commentaire bien sympathique. Pour regraisser les axes de roues, il faut démonter les cônes (sortes d’écrous qui retiennent les billes des roulements – attention à ne pas perdre des billes). Pour cela, il faut des clés de la bonne taille.

      Ensuite, on met un coup de graisse et tout est OK.

      Sinon, il n’y a pas beaucoup d’infos théoriques à donner pour restaurer un vélo. C’est surtout de la pratique. On regarde ce qu’il y a à faire, on démonte, on change des pièces, on remonte… Si on se heurte à un problème spécifique, on peut toujours demander de l’aide à quelqu’un ou sur internet.

      Il y a le forum Tonton vélo qui est pas mal pour cela : http://forum.tontonvelo.com/

  2. eric dit :

    Très sympa cette histoire.
    J’ai un nouveau style, non pliant, vert que j’adore et que je suis entrain de remettre en route. Il me manque une petite pièce sur le frein arrière, une sorte de piton à oeil qui fait le lien entre le patin de frein et le frein arrière. Le patin se glisse dans cette pièce. Je n’arrive pas à la retrouver. Une idée ou une piste? Merci beaucoup!!

  3. hubert dit :

    Bonjour,

    Très intéressant votre site, et belles photos.

    Pouvez-vous me dire comment démonter la roue arrière d’un vélo peugeot ns600?

    Merci, cordialement.

    Lucas

    • Adrien dit :

      Il faut les clés qui vont bien. Adressez-vous à un atelier vélo associatif. Il y en a un peu partout. C’est difficile d’expliquer les choses à distance et encore plus par écrit.

  4. thanagra dit :

    Bonjour,
    Le NS Peugeot a été créé en 1972. Il a tout de suite eu un énorme succés. Il devait sa rigidité et son confort a un cadre en tubes ovales. C’était un vélo de week-end que vous ayez pu faire du cyclotourisme avec ce vélo est remarquable il n’était pas à l’origine prévu pour ça. En 1983 Cycles Peugeot a fabriqué les derniers.
    Ce sont aujourd’hui des vélos mythiques que tous collectionneurs se doivent de posséder ( notamment les pliants orange )
    Ils ont été produit en très grosse quantité et on en trouve facilement à moins de 150 euros.
    Vous trouverez d’autres renseignements sur les vélos Peugeot et sur les pistes cyclables de Franche Comté sur mon site
    http://eurovelo6.e-monsite.com/

    • Adrien dit :

      Merci pour ce commentaire. Je connais bien votre site, et depuis longtemps. :)

      Effectivement, ces NS ne sont pas rares, contrairement à ce que prétendent ceux qui essaient de les vendre hors de prix.

      Pour ce qui est de faire du cyclotourisme avec, disons que ma femme est petite, et c’est vélo était donc de la bonne taille pour elle. Le modèle à cinq vitesses a, en plus, une excellent développement, avec lequel on peut avancer efficacement sur le plat. Tant qu’il n’y a pas de côtes à franchir, c’est un excellent vélo, même avec un lourd chargement.

      Par contre, quand j’ai fait l’aller-retour chez mes parents avec le monovitesse, j’étais un peu fou. L’aller faisait 35 km et le retour 45 (parce que j’avais fait un détour).

      D’une part, il avait des pneus pourris et j’ai pris la véloroute qui était en travaux (et qui alternait les secteurs déjà enrobés, et d’autres secteurs en cailloux, donc certains pas encore damés), et je n’avais pas un seul outil avec moi…

      D’autre part, ce monovitesse a un développement vraiment peu adapté à des longs trajets plats. En plus, au retour, j’avais un fort vent de face sur les derniers kilomètres et je n’arrivais plus à avancer. Aujourd’hui, pour le voyage ou les longues balades hors de la ville, je roule avec mon vélo de voyage Koga ou un vrai vélo de course Peugeot des années 70. C’est quand même autre chose…

  5. thanagra dit :

    Heureux de t’avoir lu et peut-être nous croiserons nous
    J’ai plusieurs vélos mais je roule régulièrement avec un PX 10 de 1979 et parfois avec un PV 10 de 1972 équipé de pneus de 700 x 28 c. J’ai aussi un vélo de route contemporain avec vitesses indexées au cintre et triple plateau
    J’ai trouvé un article sur les NS mais tu le connais sûrement. l’auteur ne parle pas des modèles avec pneus de 600
    http://minivelovintage.over-blog.com/peugeot-nouveau-style-ns.html
    Amicalement

  6. Daniel dit :

    Bonjour
    Super article, moi j’ai un NS non pliant bleu et je vais acheter un pour ma copine ;)
    C’est drôle car j’habite aussi à Besançon et j’ai pu le remettre en état grâce à Velocampus
    Cdlt

    • Adrien dit :

      Je suis bien content de lire un tel commentaire. On s’est peut-être déjà croisés, alors. Quand je ne roule pas en NS je suis souvent sur un vélo de la Poste Cycleurope avec des sacoches noires et un panier blanc à l’arrière.

  7. ludo dit :

    bonjour, vraiment bien votre site
    je remets en etat un ns en assez piteux état et j’aimerais savoir si vous auriez en photo d’ensemble le systeme de freinage, j’ai tout remonté sur le mien mais je pense que j’ai un probleme de butée de la gaine quelquepart….
    merci d’avance
    cordialement

    • Adrien dit :

      Je n’ai pas ça sous la main, et mes NS ne sont pas chez moi (ils sont dans mon garage, chez mes parents et à Vélocampus). La prochaine fois que je vais dans un de ces lieux, j’essaie de penser à photographier les freins.

      Mais il y a plusieurs systèmes. Tous les NS n’ont pas les mêmes.

  8. Luis dit :

    Hace poco encontré una bicicleta Peugeot nouveau style. Cómo estás. No tiene las ruedas ni los frenos. Yo soy de Colombia y nunca las había visto. Alguien podría subir fotos de las ruedas y los frenos. O enviarlas a mi email(esnupy@hotmail.es)
    Muchas gracias. Excusez-moi mais je ne parle pas français

Répondre à denise Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>