Étape 3 : Lausanne – Besançon

20170701_072441Nous sommes le samedi 1er juillet et il fait beau au moment de partir. Le temps est couvert et il fait frais, mais il ne pleut pas et ne fait pas froid. C’est le temps idéal pour rouler et remonter des côtes jusque dans le Haut-Doubs.

Victoire et Cyril partent avant moi. Ils ont un train à prendre, et leur réveil n’a pas fonctionné, alors ils n’ont pas de temps à perdre. Je pars rapidement après eux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Me voici dans les petites rues du village. Je rejoins la route n°9. Je remonte en effet par l’itinéraire que j’avais tracé pour venir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À proximité de Lausanne, beaucoup de tronçons de cette route comportent des bandes cyclables ou d’autres aménagements (pistes, voies bus / vélo…).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les tronçons non aménagés sont le plus souvent en descente.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme je l’ai écrit ci-dessus, je suis l’itinéraire que j’avais tracé (et qui prenait ici la route n°9) plutôt que d’essayer de suivre des itinéraires pour vélos. À l’aller, l’itinéraire vélo que j’avais voulu suivre m’avait agacé, car j’avais l’impression qu’il me faisait enchaîner les montées et les descentes alors que la route était seulement descendante. Mais je réalise aujourd’hui que la route elle-même comporte, ici, des montées et des descentes.

En fait, c’est le relief du secteur qui est comme ça. En venant du Haut-Doubs, il n’est pas possible d’aller jusqu’à Lausanne en n’ayant que des descentes. Quelle que soit la route, il arrive un moment où on doit franchir des bosses. Je les avais vues sur le profil de l’étape donné par Google, mais je les croyais plus négligeable que ça. Finalement, je n’ai pas à regretter d’avoir suivi ce bout d’itinéraire vélo mercredi soir. Il ne m’a pas particulièrement fait perdre du temps.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois qu’on s’éloigne vraiment de la ville, les aménagements cyclables se font plus rares.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je franchis un chantier. Je respecte la circulation alternée, chose qu’aucun cycliste ne ferait en France mais ici on ne sait jamais.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Toutefois, quand j’arrive au bout du chantier, les voitures en face ont déjà le feu vert et commencent à redémarrer. Voilà un feu de chantier bien mal réglé pour les cyclistes… Heureusement, les conducteurs m’ont vu et attendent. La voie de circulation serait trop étroite pour se croiser sereinement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En Suisse, au bord des routes, on trouve beaucoup de campagnes de sécurité routière, à destination des cyclistes ou des automobilistes…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur la route, je vois un morceau de goulotte électrique tout neuf. C’est bien le genre de chose qui peut me servir en ce moment. C’est long, mais ça ne pèse rien. Je l’emmène.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’itinéraire que j’avais tracé quitte un instant la route n°9 pour prendre quelques petites routes qui semblent constituer un raccourci. Ce ne sont pas les mêmes que celles que j’ai suivies mercredi lorsque j’ai pris l’itinéraire vélo n°5. Je les suis.

Une voiture sans plaque d’immatriculation. J’en vois toujours quand je roule en Suisse, et ça m’étonne toujours autant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je recroise des panneaux d’itinéraire vélo, mais je les ignore.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À un moment, mon itinéraire me fait franchir un pont (d’où est prise la photo suivante) puis passer sous celui-ci (sur la route visible au premier plan sur la photo) et continuer sur un petit chemin (visible au second plan sur la photo).

J’ai un doute car le chemin a l’air grillagé. Je vais voir quand même.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je descends du pont et arrive ici. Je prends à droite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je m’engage dans ce qui semble juste être l’accès d’un grand centre de tri postal.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Effectivement, arrivé ici, le chemin est grillagé. Si je passe à gauche du grillage, j’entre dans le centre de tri postal… Mais à droite du grillage se trouve un panneau qui autorise le passage des véhicules agricoles et des véhicules non motorisés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et effectivement, techniquement, ça passe :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Enfin, ça passe à vélo, mais l’autorisation des véhicules agricoles me fait plutôt sourire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au bout du grillage, je retrouve un chemin plus classique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est tranquille et plat. C’est un bon itinéraire pour le vélo.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je retrouve ensuite des routes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je suis à nouveau sur la route n°9 et je passe à l’endroit où je l’avais quittée hier pour l’itinéraire vélo n°5. Je ne vais plus la quitter jusqu’à l’approche de la frontière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans un village, je vois une épicerie (ou une supérette, comme on dit parfois). Un peu plus loin, derrière un mur, je vois cette charrette à bras pleine de courses. En France, ce genre de chose ne se voit plus depuis plusieurs dizaines d’années, hormis dans les centre-ville. Partout ailleurs, c’est le règne des supermarchés et des voitures. C’est dommage, car l’Allemagne, la Suisse et les Pays-Bas (entre autres) nous montrent que cette évolution n’était pas une fatalité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il fait toujours bon mais le temps se couvre de plus en plus.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette borne indique Lausanne à 26 km et Jougne à 20. J’ai déjà bien avancé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Revoici le joli tracteur vu à l’aller.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ici la route est bordée d’un chemin que je prends. Mais un peu plus loin, il s’en éloigne et je dois franchir l’accotement pour revenir sur la route.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je comprends aussi pourquoi, à l’aller, j’avais raté le chemin équivalent. Il n’était pas connecté à la route mais arrivait de sous ce pont de chemin de fer. Ensuite, il longeait la route et j’avais franchi l’accotement pour le rejoindre. C’est dommage de ne pas avoir pensé à connecter ces chemins à la route pour faciliter la circulation des cyclistes.

À partir d’ici, je suis comme à l’aller la voie ferrée sur plusieurs kilomètres. C’est un bon point de repère. Je sais qu’après cela je prendrai le pont qui permet d’éviter Vallorbe, puis j’arriverai très rapidement à la frontière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je marque une pause pour manger un peu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est amusant d’avoir mis « déchets » dans toutes les langues. Mais en français il y a une faute d’accent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En Suisse, on fixe parfois des balais le long des voies ferrées près des tunnels. Étonnant, non ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’explication est ici.

J’approche de Vallorbe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ici, je tourne à gauche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et sans passer sous ce pont, qui a été construit durant une belle année, je m’engage sur le petit chemin par où j’étais arrivé trois jours plus tôt.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les nuages sont bas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Me voici arrivé au niveau du pont ferroviaire. Comme à l’aller, je respecte la signalisation et je passe à pied.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je croise deux VTTistes Suisses (vu leurs maillots) qui, contrairement à moi, font peu de cas de la signalisation.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Alors que je remonte sur mon vélo, la chaîne saute.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai un mal fou à la remettre, en utilisant des pinces pour éviter de me sâlir. Je finis par y arriver.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je retrouve la route n°9.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette fois, je la quitte pour de bon.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nouveau saut de chaîne, et cette fois elle est encore plus coincée que la fois précédente.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je n’ai pas le choix. Je dois la prendre à pleine main, avec un résultat qui ne se fait pas attendre…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Heureusement, la fontaine, ma bouteille de shampoing, et un peu de sable ramassé sur la route me permettront de laver ça correctement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je refais le réglage d’une butée qui est censée empêcher ce genre de mésaventure. Je l’avais déjà réglée hier soir, mais apparemment pas suffisamment. D’ailleurs, c’est pareil pour le dérailleur : sur le pied d’atelier, il semblait passer les vitesses à la perfection, mais sur la route ça n’est encore pas parfait même si c’est beaucoup mieux qu’à l’aller.

Je repars.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Finalement, jusqu’ici, je n’ai pas vraiment vu de fortes côtes. Ça m’avait déjà étonné à l’aller : je m’attendais à ce que la descente de la frontière à Lausanne soit bien plus franche que cela (un peu comme, il y a cinq ans, la descente du col du Marchairuz en direction de Genève). Mais il n’en fut rien. Finalement, entre la frontière et Lausanne c’est principalement du faux-plat (jusque là où il y a les petites bosses). J’avoue que si ça m’avait déçu à l’aller, ça m’a arrangé ce matin.

Par contre, cette fois, je vais attaquer quelques tronçons très courts mais plus raides, de part et d’autre de la frontière.

Ici, je prends à gauche, contrairement au jalonnement d’itinéraire vélo qui part à droite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’arrive sur un échangeur routier, comme à l’aller.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans les deux sens, la trajectoire des cyclistes est bien matérialisée (même si la peinture est un peu effacée).

Hors de question de prendre à gauche : ça mène directement à l’autoroute.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il faut suivre la bande cyclable, à droite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je passe au dessus de l’autoroute. C’est totalement bouchonné.

En fait, on se trouve ici à l’extrémité de l’autoroute. Sur ma droite, c’est l’autoroute. Sur ma gauche (sur la photo ci-dessous), c’est l’endroit où l’autoroute redevient une route classique avant de passer la frontière française. Et là, ça bloque totalement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ça semble bouché depuis des kilomètres. La présence d’un chantier n’arrange sans doute pas les choses.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’hésite un peu à m’engager et à passer la frontière en doublant ce long bouchon. Ça pourrait être amusant, et un peu plus rapide que de passer par les Échampés. La route n’est pas interdite aux vélos, d’ailleurs, et beaucoup de cyclistes passent la frontière par là (car le passages des Échampés est peu connu, et celui de la Petite Échelle rajoute un col non négligeable).

Mais deux choses me retiennent.

La première, c’est que je ne sais pas où ça bloque. Si ça bloque ainsi jusqu’à Jougne, ça va. Je doublerai tout le bouchon, puis je partirai en direction des Hôpitaux-Neufs. Mais si ça se débloque au niveau de la frontière ou avant, je devrai supporter jusqu’à Jougne, en pleine côte, un trafic monstrueux et avec des conducteurs énervés d’avoir été longtemps bloqués.

La seconde, c’est que j’aime bien le passage par les Échampés. Il est quand même vraiment agréable, et je n’aurai pas de sitôt l’occasion d’y repasser.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je choisis les Échampés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Me voici sur la petite route qui y mène.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’en profite pour prendre en photo les détails que je n’ai pas pu photographier à l’aller à cause de la pluie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bonne idée de bâcher une voiture de cette façon. Rien de tel pour la faire pourrir plus vite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’aperçois le garage où je m’étais réfugié mercredi sous l’orage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le panneau dit que c’est un cul de sac.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pas pour les cyclistes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Me revoici en France.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je redémarre mon téléphone pour le forcer à se connecter au réseau français.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après ces deux jours et demie en Suisse, à ne voir que des voitures récentes et souvent très chères et puissantes, revoici quelques voitures plus normales.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ceci dit, mon aversion pour les voitures récentes est pas mal liée à l’attitude de leurs conducteurs (en France) vis à vis des cyclistes. En Suisse, ce problème n’existe pas, ou très peu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il tombe quelques gouttes. Je m’arrête sous cette aire pour manger. Je suis étonné de voir une telle infrastructure ici, le long d’une route qui ne me paraît pas très importante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est quand même un comble de manger des calamars de marque Orbe, juste après être passé à quelques kilomètres d’une localité Suisse du même nom.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je repars. La suite de la journée se fera tantôt sans pluie, tantôt sous de légères averses, mais peu violentes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Me voici à Jougne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’évite le raidillon que j’ai descendu à l’aller le long de l’église, et prends une autre rue tranquille.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’arrive à la RN57.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il est plutôt facile de rouler sur l’accotement, ce qui tombe bien car ici ça monte un peu. En tout cas, je ne regrette pas d’être passé par les Échampés, car dès que j’ai pu entendre le bruit de la RN57, juste après la frontière, j’ai pu constater que ça circulait à vitesse normale dans les deux sens. Si j’avais pris cette route, j’aurais donc vécu un moment très désagréable.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Me voici sur le gros giratoire à partir duquel la RN57 passe à quatre voies. Moi je vais la quitter ici.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’ailleurs, un panneau me rappelle que j’y suis obligé. L’État assume ses choix : on a aménagé ici pour les bagnoles. Les piétons et les deux-roues peuvent aller se faire foutre et faire des détours, et on le leur rappelle au cas où ça ne serait pas assez clair.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tiens, ils ont oublié les tracteurs, sur le panneau.

Je ne m’engage donc pas ici :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais plutôt ici :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À partir d’ici, je redescends : j’ai passé le point culminant de mon itinéraire. Jusqu’à Besançon, il sera principalement descendant. Ça ne veut pas dire qu’il n’y aura aucune montée, hélas, mais il y aura plus de descentes que de montées.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tiens, un double-sens cyclable. Ça, c’est chouette.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

(Même si un des pictogrammes est dans le mauvais sens.)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il faut que j’aille aux toilettes, et ça tombe bien puisque j’approche des toilettes publiques où je me suis arrêté à l’aller.

Cet endroit ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable. C’est censé être tout automatisé et permettre que ça reste propre, mais j’avais déjà des doutes.

Mes doutes se confirment : aujourd’hui, ça pue. Les toilettes sont bouchées par du papier toilette. Il n’y a plus de papier sur le rouleau (heureusement j’en ai dans mes sacoches), plus de savon…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pas de doute, le créateur de cette infrastructure s’est bien planté.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je passe près de la gare et prends en photo le matériel roulant du Coni’fer. Mais la petite loco vapeur que j’avais vue à l’aller n’est pas là.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Métabief…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je descends très rapidement jusqu’au bord du Lac Saint-Point.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je ne ferai pas de photo le long du lac, car elles seraient identiques à celles de l’aller et puis il pleut.

Me voici bientôt là où ma route rejoint à nouveau la RN57. Dans l’autre sens, les aménagements cyclables forment une continuité parfaite depuis la sortie de Pontarlier.

Dans ce sens, c’est la première fois que je passe, et c’est autre chose.

La bande cyclable commence par s’arrêter dans l’accotement, puis on trouve un trottoir qui se rétrécit d’un coup. Je passe sur la chaussée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Juste après, la signalisation oblige cyclistes et cyclomoteurs à monter sur le trottoir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Or, celui-ci est beaucoup trop étroit pour cela.

Je passe sur le vélo, mais avec mes pieds posés par terre. C’est la seule solution à moins de tenter un exercice d’équilibre (que je tenterais bien et réussirais peut-être… s’il n’y avait pas un trafic susceptible de rendre fatale la moindre erreur).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ensuite, c’est mieux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais arrivé sur la RN57 l’aménagement s’arrête purement et simplement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bon, ça n’est pas si catastrophique que ça : d’une part, il est souvent possible de rouler sur l’accotement, et d’autre part la route est descendante et comme on entre dans Pontarlier la circulation n’est pas rapide.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois passée l’entrée de Pontarlier, il y a même une bande cyclable.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’arrête les photos car il pleut bien. J’ai mis mon poncho (depuis le lac). Je passe par le centre-ville, où je me retrouve dans un cortège de mariage très bruyant.

Je me rends à Biocoop. Je fais des courses car je n’ai plus rien dans mes sacoches d’une part, et surtout parce qu’il est déjà presque 16 heures et il est donc difficile d’imaginer arriver à Besançon ce soir avant la fermeture des magasins. Même si l’itinéraire est majoritairement descendant, il comportera encore quelques belles côtes qu’il faudra prendre le temps de franchir.

Pour cette raison, je fais pas mal de courses. Ça va malheureusement m’alourdir mais c’est nécessaire.

Le magasin Biocoop de Pontarlier est vraiment bordélique comparé à ceux de Besançon. Certains produits sont empilés pêle-mêle, d’autres sont en vrac dans des cartons à même le sol. Mais c’est très sympathique et pas désagréable pour autant. Pour me faciliter la vie, j’ai carrément pris un caddie. Un truc traîne au fond. Il s’agit d’un paquet de chewing-gums bio. Je ne savais même pas que ça existait. Je ne sais pas ce que ça fait là mais je les emmène. Je goûterai. De toute façon, si ça a été oublié par un client, ça a déjà été payé.

Je ressors de Pontarlier par le même itinéraire qu’à l’aller. Me voici à Vuillecin où un panneau m’indique qu’il fait 11°C. Je comprends pourquoi j’ai un peu froid. Mais la seule veste chaude que j’ai avec moi a décidé qu’il était temps de changer de fermeture : celle-ci a cassé lors de mon séjour à Lausanne. Je ne peux donc compter que sur mon poncho et mon imperméable léger pour me protéger du froid.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’attaque la côte à la sortie de Vuillecin. Ce tracteur ne monte gère plus vite que moi.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Me voici sur la route départementale qui mène à Goux-les-Usiers.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ça descend.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ces deux personnes ramassent probablement des escargots. J’ai une forte envie de pousser un gros cri pour les faire sursauter et venger ces braves bêtes. Mais je n’en ferai rien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après Goux-les-Usiers, il n’est pas question de reprendre l’itinéraire de l’aller. Je ne vais pas redescendre dans la vallée par le chemin à travers champs que j’ai monté à pieds à l’aller. En descente, ça n’aurait aucun intérêt, me ferait perdre du temps, et risquerait de casser mon vélo.

Je prends la direction d’Évillers. De là, je passerai par Longeville et descendrai sur Vuillafans. Cela correspond à l’itinéraire par lequel j’avais quitté la vallée de la Loue avec Ai il y a cinq ans, et ça me permettra d’arriver dans celle-ci là où les aménagements cyclables existent (et également, là où l’ancienne voie ferrée est praticable, ce qui m’offrira donc deux possibilités).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Me voici à Évillers. En face de cette maison en cours de rénovation, je vois une autre maison avec, sous une remise, une grande table couverte de boissons et d’autres restes d’un repas de fête. Je me dis qu’une famille a dû faire un repas ici et aller se balader.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je ne suis donc pas surpris, à la sortie du village, de croiser une grande famille qui se balade.

Je davantage surpris, en revanche, d’entendre quelqu’un appeler mon prénom.

En même temps, des Adrien, il doit y en avoir d’autres. Il appelle probablement quelqu’un de sa famille.

Je me retourne pour vérifier.

Non, non. C’est bien moi qu’on appelle. C’est Nicolas, un copain que je connais de Besançon et à qui j’avais prêté mon vélo-couché il y a quelques années.

On discute quelques secondes. Je lui dis d’où je viens et où je vais. Il me dit qu’il est venu ici avec sa camionnette, et qu’il s’apprête à repartir en direction de Besançon (à Saône). Il me propose de venir boire un coup et ensuite il me ramènera.

En temps normal, je devrais dire non et préférer continuer à vélo. Mais là, il fait froid, il pleut, et surtout ça m’arrangerait de rentrer plus tôt que prévu. Ça permettrait à Ai de rentrer de Belfort dès ce soir, plutôt que d’attendre demain matin. Ça sera plus simple pour demain car nous avons un programme chargé.

J’accepte donc.

Je suis cette grande famille jusqu’à la maison devant laquelle je suis passé il y a cinq minutes. Je me change et remets mes vêtements de ville, car ils sont secs. Je bois un verre de jus de fruit, et quelques minutes plus tard nous voici dans la voiture.

Nous nous arrêtons dans deux champs où Nicolas prévoit de mettre en place des ruches.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis nous partons pour de bon.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous descendons dans la vallée de la Loue. Je ne peux pas m’empêcher de penser que cette descente serait plus sympa sur le vélo, mais pour le reste de l’itinéraire ça m’arrange bien de pouvoir aller plus vite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous croisons des cyclistes sur les bandes cyclables entre Vuillafans et Ornans.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En passant dans Ornans, je remarque que la façon la plus agréable d’apprécier cette ville, c’est d’être passager d’une voiture. En effet, quand on conduit il faut regarder la route, et quand on est à pied ou à vélo il y a bien trop de voitures pour pouvoir apprécier correctement la ville.

Après Ornans, nous remontons par la route où j’avais attrapé la voie verte à l’aller. Mais nous devons nous arrêter quelques instants en raison de ceci…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un camion charge une voiture qui semble avoir fait des tonneaux. J’espère qu’il n’y a pas de victime. Les gendarmes nous laissent ensuite repartir.

Sur le plateau, nous dépassons un voyageur à vélo bien chargé. Je me demande d’où il vient et où il va pour passer là. Ça n’est pas impossible qu’il arrive lui aussi de Suisse via la vallée de la Loue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nicolas me dépose à Rivotte, et remonte à Saône. Me revoici sur mon vélo, en jean mais ça n’est pas gênant pour rouler en ville. Je le fais tous les jours en semaine.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je passe par la Cité des Arts et le pont de Bregille.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plus qu’à remonter chez moi par mon itinéraire habituel de retour de la fac.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tiens, un con stationné sur la bande cyclable. C’est rare à cet endroit.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je prends une rue de mon itinéraire habituel où, par contre, la bande cyclable n’a aucun intérêt et mériterait d’être effacée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À l’entrée de chez moi, je tombe sur une voiture immatriculée dans le Canton de Vaud. Ça valait le coup de faire tous ces kilomètres…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mon J9 m’a sagement attendu…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

… ainsi que ma voiture qui me sera utile tout à l’heure pour aller chercher Ai à la gare. En effet, je l’ai contactée par téléphone et elle m’a dit qu’elle rentrerait ce soir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je rentre et tombe sur mon coloc Arnaud. Alors que je n’ai même pas encore rangé mes affaires, mon téléphone sonne : c’est un voyageur à vélo qui a vu mes coordonnées sur Warmshowers et qui souhaite dormir ici ce soir. Je lui dis que c’est bon. Lui et son compagnon de route ont démarré de Basel ce matin. Sacrée étape. Ils arriveront vers 22 heures. Entre temps, j’aurai pu aller chercher Ai et manger avec elle et Arnaud.

Demain, une balade en Haute-Saône nous attend, mais pas à vélo.

Bilan :

Environ 85 km parcourus à vélo aujourd’hui, et 45 en voiture, ce qui fait un total d’environ 250 km de vélo (si on inclut les kilomètres parcourus durant les deux jours à Lausanne). C’était donc un très petit voyage.

Je suis ravi d’être retourné en Suisse à vélo et d’avoir découvert des itinéraires que je n’avais pas testés lors de notre précédent voyage là-bas en 2012. Je suis très content également d’avoir assisté pour la première fois à la Swiss Mobility Conference, ce qui me sera utile pour la suite de mes travaux.

 

Ce contenu a été publié dans 2017 - Lausanne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>