Fête de la Musique

20160621_232742Nous sommes le 21 juin et il n’est pas utile de vous préciser ce qui a lieu ce soir dans toutes les villes de France, pour le plus grand bonheur des uns et le plus grand malheur des autres.

Après avoir mangé, je décide de descendre en ville. Depuis chez moi, sur les hauteurs, j’entends clairement un son trance puissant et je me demande si ça vient d’une scène au centre (j’en doute) ou de plus près (mais où ?). Je n’aurai pas la réponse à cette question.

Je dévale à vélo la pente qui mène au centre-ville.

Place Sarrail : Lunarmouth

J’arrive au centre-ville et décide de commencer par la place Sarrail où se trouve traditionnellement la scène Lunarmouth, toujours très bien décorée, et où plusieurs de mes potes mixent (Cyril aka Psychophonic, Sam aka Gao Gao…). Mais en arrivant, je ne vois aucune déco, juste des affiches du No Logo festival partout. Pourtant, il y a bien Amad de Lunarmouth aux platines et Sam avec qui j’échange quelques mots. Sans rentrer dans des détails qui ne concernent qu’eux, il m’apprend qu’il y a de l’eau dans le gaz en ce moment dans l’association et cela explique l’absence de certains habitués et de la déco. Dommage. C’était une affaire qui durait.

Le premier relou de la soirée entre en scène à ce moment là.

Un punk-à-chien en état d’ébriété manifeste vient expliquer à Sam que l’absence de la déco est dommage et que les affiches du No Logo l’emmerdent. S’il s’était contenté de le dire une fois, ça aurait été stupide (comme si Sam l’avait fait exprès !), mais court. Or, il le répète en boucle et comme au bout d’un quart d’heure je constate que Sam, trop gentil, ne fait rien pour s’en défaire, je quitte les lieux en pensant revenir plus tard.

Place Pasteur : Citron Vert

Mon vélo et moi nous faufilons dans la foule (ce qui n’est pas toujours aisé, mais j’ai atteint un certain niveau au bout de quelques années). Je fais un passage par la place Pasteur, où se trouve la scène du Citron Vert. Le son est bon. Je croise mes colocs. Mais je ne reste pas.

Quai Vauban : Sono Gringo Sound Systema

Je vais voir ce qu’il se passe sur le quai Vauban. C’est Sono Gringo Sound Systema, un collectif bisontin à géométrie variable, qui passe du (très bon) son. Ils sont plusieurs et ont incorporé ce soir au groupe des membres des Rootikal, ce qui garantit une playlist variée et éclectique, où les univers musicaux traditionnels et modernes se rencontrent pour notre plus grand plaisir. Je vous invite à les écouter ici (même s’ils ne semblent plus publier grand chose depuis quelques temps).

La Bièrerie : Ashura

20160621_230923Depuis le quai, je prends l’escalier malodorant qui mène à la rue Claude Pouillet. Je boirais bien une bière, mais de préférence une bonne, et je me demande si par hasard le patron de la Bièrerie aurait eu l’idée de laisser son magasin ouvert le soir pour l’occasion. J’arrive. Le magasin n’est pas vraiment ouvert mais le patron est là et vend une bière ambrée Allemande de qualité devant sa boutique.

20160621_230215Et en plus, en musique puisque deux DJs techno nous arrosent de bon son. Je bois ma bière au son du Jaguar de UR, qui est toujours une valeur sûre. Je retourne vers les Sono Gringo, où j’ai laissé ma monture, puis reviens avec elle à la Bièrerie pour une deuxième bière et reste plus longtemps.

Au bout d’un certain temps, j’ai envie d’aller voir ce qui se passe ailleurs. Je décide d’aller sur le quai Veil Picard, ou plus exactement sur l’aire de camping-cars qui la jouxte.

Quai Veil-Picard : le Thé Chaud

20160621_235110L’association a installé une jolie scène bien décorée, et c’est mon pote Jérôme aka EP Ktaz qui mixe.

Le son est bon. Je croise Alex, un bénévole de Vélocampus, qui m’invite à venir chercher une bière à la cafétéria du CROUS, toute proche, partenaire de cette scène… sauf que la cafétéria a déjà fermé ses portes au moment où nous arrivons.

Jamais à court d’idée,  je fonce à l’association SPAM, à Battant, où je peux acheter deux bières. C’est réservé aux adhérents, et le prix est amical. Devant l’association, c’est soirée karaoké. Je ne m’attarde pas mais aperçois une de mes colocs.

Je reviens vers les Thé Chaud avec ma bière et celle pour Alex.

Chamars : Céréale Kicker

20160621_235930Les potes d’Alex sont partis à Chamars. Il m’y entraîne, ou plutôt c’est moi qui l’emmène car il prend place sur mon porte-bagages avant. Ici se trouve une scène avec un joli petit mur d’enceintes artisanales dans la plus pure tradition « free party ». Avec un peu plus de boue, on s’y croirait. Le public est à fond. Le son aussi, et ça tape quand même vraiment vite et fort. Ce n’est pas ce que je préfère.

20160622_000150     20160622_000156

Je reviens quai Veil-Picard où je resterai jusqu’à ce que je son se coupe. Le public en redemande, mais quand il faut couper, il faut couper. D’autant plus que les cars de CRS arrivent à la queue leu leu sur les voies du tram. N’ayant jamais vu une telle débauche de moyens policiers pour une Fête de la Musique à Besançon, et vu le contexte actuel, je préfère m’éloigner même si jusqu’ici notre ville semble plutôt épargnée par les violences policières.

Je reviens rue Claude Pouillet où ça joue encore. Cela permet de finir la soirée agréablement. Ensuite, j’aide les DJs à remballer leur matériel. Ils sont bien sympathiques. Je reviendrai l’année prochaine s’ils sont encore là.

Les rues se vident progressivement, et je crois comprendre pourquoi les CRS sont là. La circulation des tramways est en train d’être rétablie à travers le centre-ville, et ils sont là pour « dégager » les voies. En tout cas, c’est ce que je suppose car ils ne circulent que sur les voies du tram et semblent laisser le public tranquille.

Je repasse par la rue Sarrail, mais elle est déserte. Je finirai ma discussion avec Gao Gao l’année prochaine si je pense à me munir d’un répulsif pour les chiens (et les punks avinés).

Conclusion :

Ce fut une bonne Fête de la Musique. Malgré un nombre de grandes scènes inférieur aux années précédentes, et notamment l’absence remarquée de la scène de la place de la Révolution, il y avait toujours beaucoup de bon son à écouter et toujours le même problème : on ne peut pas être partout à la fois (même si le vélo aide à bouger plus vite).

 

Ce contenu a été publié dans Musique, Sorties. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>